vint4ge 1.0

we're all nerds, in our way

Archive for avril 2010

Bright lights, small city.

leave a comment »

00h47.  Déjà.  Seulement. Tu rentres du match de badminton d’un pote qui t’avais vaguement parlé de ça il y a trois jours. Tu ne sais même plus trop pourquoi tu y es allé. Par contre tu sais que Kate t’attends à la maison. Et qu’elle pensait que tu rentrerais à 22h30, comme tu lui avais dit. Là elle sera sans doute déjà couchée, après s’être bien énervée et inquiétée, et ton repas sera remballé dans le frigo, tout refroidi. Tu as beaucoup bu. Mais rien mangé. Ton estomac brûle. Tes yeux piquent. Ta tête est lourde. Tu te rappelles. Elle t’a dit « Tu peux faire des trucs de ton côté aussi, on n’est pas toujours obligés de tout faire ensemble ». Alors tu lui a dit que tu allais faire une soirée mâles ce soir, voir un match, refaire ensuite le match avec les potes à la buvette, accepter les tournées qui se présentent, payer la tienne quand ton tour viendra. Mais bien sûr, même si c’est en semaine et que tout le monde travaille le lendemain, plus l’heure avance et plus l’alcool coule, et moins facile ça devient de se mouvoir jusqu’à la voiture. « On est bien là ! T’en reprends une ? ». C’est en général comme ça que ça se passe. Ce n’est rien de méchant, ou d’illégitime. Mais c’est sûr, tu aurais pu appeler, ou envoyer un petit message. Tu as fait comme les autres, c’est-à-dire rien. Se dire « Allez, dans un quart d’heure j’y vais », et finalement oublier cette résolution une heure plus tard.

Je suis un mec, Kate, et faire des trucs de mon côté, pour moi, ça se résumera très souvent à boire un/des verre(s) avec un/des pote(s). S’enfermer et faire un tournoi de jeux vidéo c’est pas trop mon truc, je préfère l’extérieur, les rencontres fortuites, l’échange, l’aventure. Le danger. Et ma manie des « tu » quand j’écris, ça passera, c’est juste à cause de mes relectures de Jay McInerney. Je n’ai pas changé Kate, c’est toujours moi, tu verras.

Written by vint4ge

jeudi, 29 avril 2010 at 10:42

Publié dans common life

Tagged with

Cameron Diaz se teint les sourcils

leave a comment »

Et heureusement ais-je envie de dire ! parce que sans maquillage et avec des sourcils blonds son visage est plutôt flippant ! La semaine prochaine, si tout va bien, j’aurai exhumé de mes cartons quelques photos bien vintage, donc restez branchés, et profitez du soleil de ce week-end pour vous aérer, bande de nerds.

Written by vint4ge

vendredi, 23 avril 2010 at 2:10

Publié dans common life, movies

Tagged with ,

Vieux con nostalgique toi-même !

leave a comment »

C’est amusant mais quand je râlais pour dire que plus personne n’écrivait sur les blogs (ou ailleurs) depuis Twitter, on me traitait de vieux con nostalgique, qui ne savait pas évoluer avec son temps et blablabla, hors je serais bien curieux de voir ce que ces mêmes personnes diront aujourd’hui alors qu’Elixie a exactement la même réflexion !

Soyez réalistes les mecs, si Twitter a certains bons côtés, ce n’est encore qu’un moyen de plus pour nous rendre fainéants et abrutis, bientôt vous n’écrirez plus des posts (ou articles, appelez ça comme vous voulez) mais des inepties de 140 caractères maximum en écriture sms-like à la djeunz, avec des raccourcis foireux et tout le bordel. Moi je préférais grandement visiter quotidiennement (voir même plusieurs fois par jour) le site de bloggeurs que j’aimais lire, en m’allumant une clope, ma tasse de café à la main et avoir 5-10 minutes de lecture intéressante par site. Là au moins c’était bien. Défiler 50 fois la page pour essayer de lire toutes les bribes de gens sur Twitter c’est chiant, et souvent pas très relevé, et quasi tout le temps redondant.

GIMME BACK THE BLOGS OF 2002-2007 !

Written by vint4ge

mardi, 20 avril 2010 at 10:10

Facebook, par nécessité

leave a comment »

Voilà, alors que je m’étais juré de ne jamais mettre les pieds (ni ceux de ma copine) sur Facebook, il a fallu que je me crée un compte. Pourquoi ? pour gagner des tunes. Plusieurs vieux à qui je donne de temps à autres des formations sur Microsoft Office veulent maintenant apprendre à créer leur profil, ajouter des photos, toussa toussa. Bon. Fallait bien. Par contre je n’ai pas su inscrire « vint4ge » parce que Facebook ne me prend pas les chiffres. Quelqu’un a un truc/astuce ? (Je pourrais chercher mais là j’ai vraiment pas le temps)

Written by vint4ge

mardi, 13 avril 2010 at 10:07

Publié dans common life

Tagged with

La haine du fils envers le père ~ Une visite inattendue

leave a comment »

Un bol de café fumant sur la table de la cuisine et une forte odeur de pipe m’ont averti de l’arrivée de mon père quand je me suis levé ce matin. Mon père. Il m’est étrange de prononcer ou d’écrire ces mots aujourd’hui tant il fut si absent de ma vie. Plus jeune j’étais considéré comme un orphelin par la plupart des parents de mes camarades de classe. Ils m’invitaient à séjourner chez eux, me prenaient avec en vacances, j’étais comme un cousin éloigné qu’ils voulaient sortir de la misère et de la solitude. Bien sûr j’avais des parents, et un foyer, mais ce foyer était souvent vide, et les parents absents. En voyage pour le travail, en séparation temporaire aussi; si je regarde en arrière je n’ai que peu de souvenirs de nous tous réunis, et heureux, dans la maison familiale.
– Il est dans le jardin, il inspecte ce que tu as déjà planté.
Mon père n’a jamais été très manuel, et il a toujours eu horreur du jardinage. Kate me regarde d’un air triste, je peux lire la pitié sur son visage, le remords aussi d’avoir invité chez nous un homme que je ne connais plus et que j’ai eu tant de mal à pardonner, à oublier. « Inviter » n’est cependant pas le terme adéquat. En décrochant le téléphone mon père lui a dit qu’il passait dans le coin et s’arrêterait de bon matin. Comme elle ne répondait pas il a pris ça pour un « oui » puis a raccroché. Et maintenant il est là, debout, les mains dans le dos, à contempler le sol et puis le ciel, à se demander peut-être ce qu’il fait là, et s’il a vraiment un fils. Ou si il l’a rêvé. Dégage, papa.

Written by vint4ge

mercredi, 7 avril 2010 at 2:23

Publié dans common life

Bruce Lee, Superman and Lolita can they speak klingon ?

leave a comment »

Kate étant chez sa soeur, Ian et toi dîniez ensemble ce soir-là : pizzas livrées à domicile et un bon Cos d’Estournel de 1961 offert par le patron de Ian le jour-même (vous n’aviez pas d’autre alcool sous la main et il n’a de toutes façons pas de cave pour le conserver; qui plus est, on ne vit qu’une fois). Vous veniez de lancer au hasard un épisode de « The Big Bang Theory » et c’est en voyant la partie de Boggle en klingon du début que Ian t’a surpris en te disant que vous devriez faire ça un de ces 4. Tu lui as alors expliqué que tu t’étais commandé le livre il y a longtemps mais qu’il faudrait d’abord se prévoir des soirées Star Trek afin de revoir toute la saga et se remettre dans le bain. Ta future tâche dans ce projet est donc de convaincre Kate de participer et quant à Ian il se chargera de trouver les autres membres de l’équipage. Suite à cela il t’a parlé d’un de ses cousins ayant une maison à Pasadena, dans le Maryland, et de la possibilité d’y passer deux semaines durant les grandes vacances. Controverse ensuite sur la peine de prison écopée par Gary McKinnon, roulage de joints, fumette, Ian prend congé de toi et quand tu te réveilles le téléphone est à côté de toi, la bave coule de ta bouche, tu as du mal à remettre la fin de soirée en ordre. Les derniers mots dont tu te souviennes sont « Foucault », « analyses des pouvoirs » et « pouvoir central ». Tu en déduis donc que Jean-Mi a dû t’endormir en te parlant philo*. Tu te retournes et un oeil sur la table basse du salon te fais découvrir trois livres avec un petit mot griffonné par Kate « Ta commande est arrivée ce matin. Passe une bonne journée, à ce soir. Je t’aime ».

La journée semble donc organisée d’avance : une bonne douche, la vaisselle d’hier, un peu de rangement puis Coca-Cola et lectures en terrasse.

* Après qu’il ait rappelé aujourd’hui, Jean-Mi dit m’avoir parlé de « Michel Foucault tel que je l’imagine« , de Maurice Blanchot, qu’il est en train de lire pour une thèse.