vint4ge 1.0

we're all nerds, in our way

Archive for the ‘common life’ Category

« Eté noir » de Luce VS « Peter Pan » d’Indochine

leave a comment »

 

Avouez qu’il y a quand même un petit quelque chose au niveau du refrain …

Publicités

Written by vint4ge

lundi, 25 juillet 2011 at 7:43

Publié dans common life

Tagged with , , ,

La sex date CamelCase du roi des mouches (1)

leave a comment »

Tom me fait savoir que vu l’état hormonal de la fille, à savoir selon ses mots « est-ce que plus chaudasse que chaude ça existe ? »,  et sa délurescence (de « délurée », on vient de l’inventer), il vaut mieux attendre lundi pour rédiger cet article et avoir peut-être de nouveaux détails encore plus croustillants. Tom dit lui-même qu’il frétille de la bite rien qu’à y penser. Il me tape sur l’épaule avant de filer se préparer. Quand je lui dit « Quoi, déjà ? », il répond qu’il a encore quelques pornos à mater pour trouver l’inspiration et qu’il compte bien s’astiquer un peu pour se mettre en jambes, puis faire une sieste et enfin prendre une douche. Son rendez-vous n’est qu’à 22h mais jusque-là son activité va déjà se résumer à un seul mot : S E X E

Ce matin dans ses sms, il avait ceci : « JeVeuxQueTuTambourinesMonQAvecTaPine » de la part de son rdv du soir. Sa sex date CamelCase.

Written by vint4ge

vendredi, 8 juillet 2011 at 1:51

La culture pop là où on ne l’attend pas

leave a comment »

J’aime beaucoup quand des gens font référence à la culture populaire là où on ne l’attendait pas vraiment. C’est comme une brise de fraîcheur dans le métro quand un connard vient de lâcher un gros pet. C’est quelque chose qui pour moi donnera un plus au produit et attirera mon oeil et ma sympathie.

Comme ici, sur le site After Effects Exchange d’Adobe. Merci lloydalvarez !

Written by vint4ge

jeudi, 7 juillet 2011 at 12:15

Le roi des mouches en chair et en os

leave a comment »

« T’aurais du voir ça ! J’en revenais pas, elle était comme dingue. Et si chaude…

J’avais jamais vu ça par chez nous. »

Tom est le roi des mouches en chair et en os. Beau mec bien bâti , 24 ans, intelligent et rebelle. C’est un des neveux de notre voisine Suzanne. Je l’ai rencontré il y a 3 ans et il est de retour dans la région depuis maintenant une semaine. Envoyé chez sa tante automatiquement tous les mois de juillet depuis qu’il a 15 ans. Pendant que ses parents s’éclatent dans les îles à bord de leur yacht avec des amis. Et des amis de leurs amis. Style partouze de luxe loin du monde, d’après Tom. C’est depuis que sa mère l’avait surpris dans sa cabine avec une de leurs vieilles amies toute refaite qu’elle a compris que leur manège n’était plus un mystère pour lui et qu’il avait passé l’âge de les accompagner. Il a très vite su tirer profit de la situation, la maison de sa tante étant devenu sa résidence d’été, son petit bordel paisible d’où il peut parcourir les bals environnants chaque soir de juillet et se faire une ou deux belles différentes chaque nuit. « Les bals de campagne, je ne connais rien de tel. Les filles aiment se saouler et si tu leur plaît elles viennent t’agripper direct pour t’emmener faire un tour dans le champ de blé le plus proche. Une fois j’ai entendu 3 couples différents baiser autour de nous pendant qu’une fille me suppliait de la prendre encore plus fort. On était entourés de hauts blés qui cachaient tout, on entendait juste les halètements, les gémissements de plaisir. Nous ne saurions jamais dire qui baisait en même temps que nous mais ça nous plaisait quand même de partager cette sorte d’orgie à distance. C’était jouissif au possible. » Ne vous méprenez pas, Tom n’est pas une crapule ou un petit salopard qui profite des autres, il a juste décider de prendre le plaisir là où il est, et sans jamais forcer personne. Le plein de fric, Tom le fait en écoulant son herbe ramenée de la ville et difficilement trouvable pour les petits jeunes du coin non motorisés. Il prend une marge confortable tout en restant compétitif, comme ça tout le monde est content. Sa tante pense que c’est en tondant les pelouses de l’entourage qu’il se fait son argent de poche. En réalité il sous-traite ça à un gamin pour 5€ de l’heure et il vient traîner à la maison et boire des bières pendant que le boulot se fait. Comme Suzanne est légèrement antisociale et qu’elle sort rarement de chez elle, les mensonges de Tom lui paraissent pure vérité. Quant à moi j’aime la compagnie de Tom en ces mois de juillet, il m’apporte un peu de fraîcheur, beaucoup de bonnes histoires de cul et jamais d’ennuis. Mieux que du porno mélangé à un teen movie de choix, avec une héroïne sexy à mourir qui ne demande qu’à se mettre à genoux pour vous pomper le dard pendant que vous buvez une bière bien fraîche en lui caressant les cheveux d’où se dégage une douce odeur de shampoing Zwistal. Mélanges d’adolescence et débuts de sexe adulte, ses histoires me font dresser la queue à chaque fois que j’y repense et j’ai désormais un tout autre regard sur les petites caissières d’été à l’air sainte-nitouche qui passent mes articles au Delhaize en dévorant Tom des yeux et en échangeant des clins d’oeil et de langue pas très discrets. Putain comme je voudrais retrouver mes 25 ans, les filles d’aujourd’hui sont tellement plus libérées. Un vrai cadeau du ciel. Et si les chaleurs estivales continuent, j’en connais un qui a intérêt à bien se reposer les après-midis s’il veut continuer à assurer les nuits. Dans les champs de blé de nos campagnes, qu’on croirait si calmes et innocentes.

Written by vint4ge

mardi, 28 juin 2011 at 8:46

La mort des skate parks

leave a comment »

Goodbye old friend

Comme mon coeur m’a fait mal. Un temps de midi de la semaine dernière j’avais emporté mon sandwich pour une virée. Au skate park où on passait anciennement le plus clair de notre temps. Quand j’ai vu que la moitié de celui-ci avait été rasée pour en faire un mini terrain de basket. Comme mon coeur m’a fait mal.

Je n’ai jamais pratiqué de sport de façon très assidue. Je me suis essayé au foot, au tennis, au VTT, à la course à pieds, à l’escalade, au hockey et à bien d’autres disciplines encore au cours de mes jeunes années et durant mon adolescence mais rien ne retenait vraiment mon attention et je préférais toujours en revenir à mes BD, ma console, mes cabanes dans les arbres ou les petites voisines. Puis j’ai découvert le roller, et ensuite le skate. Ma vie en a été transformée. J’y consacrais tout mon temps, on séchait parfois même les cours pour prendre le train et aller s’entraîner dans les skate parks indoor des grandes villes. Le skate park de la ville à côté où on traînait sans arrêt était devenu notre seconde maison. C’est là qu’on faisait nos fêtes, rencontrait des filles, on les embrassait derrière les rampes à l’abri des regards, on y a fumé nos premières clopes puis nos premiers joints aussi. On ne connaissait pas la peur, on jouait les caïds, on s’arrachait les genoux en tombant, on se cassait les poignets ou parfois même le coccyx en essayant de rejouer les figures des pros qu’on voyait sur MTV. On était toute une bande à laquelle de nouveaux venaient s’ajouter sans cesse, on se connaissait surtout par nos surnoms, parfois pas plus. On était cool, on était « à la mode », et plein de filles belles et populaires venaient tourner autour de nous les fins d’après-midi. La plupart restaient un peu à l’écart, dans le périmètre de sécurité on dira, là où il y avait quelques bancs, une bonne vue sur les rampes, mais d’où on ne risquait pas d’entendre lequel de nous elles préféraient. Puis y’a eu la petite période star, quand de grandes marques comme element envoyaient des photographes un peu partout pour repérer les plus doués, quand on nous payait en t-shirts et en shoes pour des photos spectaculaires, même si elles n’ont peut-être jamais été utilisées ensuite. On avait tout. C’était le bonheur.

Je ne sais pas pourquoi tout ça s’est étiolé petit à petit jusqu’à disparaître. Le départ à l’université ? L’arrivée d’Internet ?  Quoiqu’il en soit il y a eu de moins en moins de monde là-bas, les rollers ont été remisés à la cave dans un vieux sac à dos, le skate a terminé perdu au fond d’une armoire. Quelques mecs, les plus paumés d’entre nous qui ne savaient pas quoi faire une fois l’école finie, continuaient d’y traîner, surtout tard le soir, pour s’échanger des petits paquets, glisser sur la mauvaise pente. Je sais qu’un au moins est mort, et un autre a fini en taule. L’un des plus brillants a ouvert un skate shop qui marchait bien tout un temps puis il s’est reconverti en magasin de shoes, parce que les roulements et les grips ça voulait plus rien dire pour les nouveaux petits jeunes. On s’était battus pour obtenir ces endroits où pratiquer, où s’exprimer, et on les a eus. Mais nos suivants n’en avaient visiblement rien à branler alors du coup on démonte, on rase, et on fait des terrains de basket ou des plaines de jeux pour bébés. Putain que ça fait mal, quand même.

Written by vint4ge

lundi, 30 mai 2011 at 10:49

Publié dans common life, sport

Tagged with , , ,

The social man who fell to earth network

leave a comment »

Affiche du film « The man who fell to earth » (1976), de Nicolas Roeg avec David Bowie ±= à celle du film « The social network ».

Superhero again : Ryan Reynolds a le vent en poupe, après « Buried » cette année, on le verra dans « Green Lantern » en 2011, autre adaptation d’un DC Comics. Il jouait déjà les superhéros dans « Paper Man« , que je vais sans doute matter sous peu.

Like = les dessins de Derek Eads (trouvé via iamaliar.tumblr.com, dont je regrette le très esthétique Decadanses !)

Like = Trem_r devrait écrire plus souvent : son très bon post sur les séries

Dislike = le blog de Gingerbread (qui dit vraiment que d’la merde et traîne devant son pc en pyjama et pas épilée)

Written by vint4ge

vendredi, 26 novembre 2010 at 11:27

Hey Drew, don’t make it bad

with 2 comments

Can you believe she’s only 35 ? J’ai toujours bien aimé Drew Barrymore mais quand même, parfois, son style me laisse perplexe …

(C’est peut-être lié à son salaire, qui a décuplé depuis Mad love en ’95 [$1,500,000] à Music & lyrics en 2007 [$15,000,000])

Et pour plus de photos et infos sur Drew : The Drewseum !

Written by vint4ge

lundi, 8 novembre 2010 at 4:26