vint4ge 1.0

we're all nerds, in our way

Posts Tagged ‘Joaquin Phoenix

Halloween, my old friend

with one comment

Ce samedi pour Halloween, au lieu de la soirée potes/pizzas/films à la noix comme l’an dernier, nous avons décidé de faire une soirée films en l’honneur de River Phoenix.

River Phoenix est  né le 23 août 1970 et décédé le 31 octobre 1993 à 23 ans (le même jour que Federico Fellini, qui lui en avait 73), d’un cocktail d’héroïne, de cocaïne et de valium au 8852 Sunset Boulevard, adresse du Viper Room, club appartenant à l’époque à Johnny Depp.

J’ai d’abord découvert River dans des films pour gosses, comme Explorers ou Stand by me avant de le retrouver dans le rôle du jeune Indiana Jones puis dans les films de Gus Van Sant.

C’était le meilleur ami de Keanu Reeves avec qui il avait tourné dans My own private Idaho de Gus Van Sant.

Vu qu’il est mort à 23 ans, c’est assez étrange aujourd’hui de se dire qu’il est le grand frère de Joaquin Phoenix (1974), ainsi que de Rain (1972), Liberty (1976) et Summer (1978) qui n’est autre que la femme de Casey Affleck. Preuve qu’il n’y a pas que la famille Baldwin dans le monde du cinéma.

Photobucket - Video and Image Hosting

S’il n’avait pas disparu en 1993, nul doute que River Phoenix serait devenu aujourd’hui un acteur incontournable. Il avait d’ailleurs un contrat signé pour jouer dans Entretien avec un vampire, aux côtés de Brad Pitt et Tom Cruise.

———————————————————————————————————————————————————————

Je crois que par nostalgie, on regardera aussi l’épisode 13 de la saison 2 de Beverly Hills, 90210 quand c’était Halloween, que Brandon sortait avec Emily et que David jetait des oeufs sur les voitures. J’aimais assez bien Emily à l’époque, et pourtant aujourd’hui je ne trouve vraiment rien d’attirant à Christine Elise. Comme quoi, les goûts peuvent changer.

Publicités

For being two lovers, you need to be two

with 4 comments

Nos 50 cm de neige durant 4 jours d’affilée ont fini par se désagréger suite à de nombreuses averses. Il nous reste maintenant des mares d’eau un peu partout, et des tas de neige qui résistent encore juste pour nous faire chier. Juste pour tremper nos chaussures et le bas de nos pantalons, juste pour dire « C’est moi l’Hiver et je fais ce que je veux ».
Ma matinée a été très étrange, avec un petit joint habituel j’ai regardé Two lovers de James Gray et bien que Joachin Phoenix m’ait énervé depuis sa première apparition j’ai quand même regardé le film dans son entièreté. J’ai eu le sentiment de voir une mauvaise suite des aventures de Margot Tenenbaum, tant le personnage de Gwyneth Paltrow dans ce film est proche de celui qu’elle incarnait dans le film de Wes Anderson, mais en moins attirante. L’histoire est plutôt bateau et ne tient pas sur grand chose, le seul moment fort d’émotion que j’ai ressenti fut quand (*attention spoiler*) Gwyneth lui dit qu’elle ne l’accompagnerait pas à San Francisco. Bizarrement, je me suis retrouvé comme Joachin Phoenix à ce moment-là et j’ai eu exactement la même réaction que lui, les larmes me sont montées aux yeux instantanément et j’avais en moi un sentiment mêlé de colère et de profonde tristesse. Je ne pleurais pas, j’avais juste les larmes au bord des yeux, qui restaient là. La poitrine et la gorge serrées. En voyant ce moment de cinéma j’ai du revivre un de ces moments d’amour perdu d’adolescence, quand vous faites tout pour une fille, que vous préparez la soirée parfaite pendant des jours, que vous arrangez le coup avec vos parents, que vous faites des dépenses exagérées pour un bijou ou un cadeau, bref, quand vous vous donnez à 100% et qu’au dernier moment, à l’ultime moment, quand l’heure est là et que vous vous dites « dans 2 minutes elle sera près de moi », le téléphone sonne et elle annule tout. Même si l’excuse qu’elle vous donne n’est pas si mauvaise vous n’écoutez déjà plus, votre esprit s’effondre et va s’engouffrer dans une sorte de petit trou noir, et vous n’avez plus cette envie pressante ensuite de revoir la fille. La déception est là, et elle vous fait trop mal pour penser à quoi que ce soit d’autre sur le moment. Je pense maintenant, en y repensant des années après, que celui qui n’a pas ressenti ça au moins une fois dans sa vie (pas cette situation exactement, mais quelque chose de similaire) n’a sans doute jamais été amoureux. C’est aussi simple que ça. Et me souvenir de ce sentiment, et regarder en arrière et voir que Kate, elle, ne m’a jamais déçu comme ça, m’emplit d’une joie énorme, qui me donne envie pour elle de toujours me donner à 100%. Continuellement.

Et ça n’a rien à voir mais c’est aujourd’hui que j’ai découvert que Blythe Danner (Meet the parents, Meet the Fockers, The Last Kiss, …) était la mère de Gwyneth Paltrow.

Written by vint4ge

jeudi, 4 février 2010 at 1:52